À l'heure actuelle, le recours au fioul domestique comme mode de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire est utilisé par 10 millions de Français. Ils se font livrer ce combustible à domicile par des fournisseurs locaux, des acteurs de la grande distribution ou encore des courtiers en ligne, tels que Fioulprice, par exemple. Le mazout est prisé pour son pouvoir calorifique, mais aussi parce qu'il représente l'unique énergie disponible, vu que certains foyers ne sont pas raccordés au réseau de gaz de ville, car ils sont isolés dans les campagnes.
Par ailleurs, toutes les mesures dissuasives visant à faire substituer le fuel par d'autres énergies plus respectueuses de l'environnement seront difficiles à adopter par les foyers utilisant le fioul domestique et qui ne sont pas forcément prêts à changer d'énergie. Ceci, notamment à cause de l'âge avancé des consommateurs en plus de leurs revenus modestes.

Quels éléments déterminent le prix du fioul domestique ?

Le prix du fuel est déterminé par plusieurs éléments, d'abord le coût de la matière première (pétrole brut) et les coûts liés à sa fabrication, ensuite l'ajout des taxes applicables, et enfin les coûts de sa distribution depuis la raffinerie jusqu'aux usagers en passant par les dépôts pétroliers puis ceux des distributeurs.
Au total, trois taxes viennent s'ajouter au prix du mazout, et elles représentent environ 28% du prix de vente de ce combustible. Quelles sont-elles ?

- La TICPE :

Appliquée depuis le 1er janvier 2016, la Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Énergétiques (anciennement TIPP) est un prélèvement fiscal s’appliquant aux produits pétroliers et énergétiques. Elle est définie à l'article 265 du Code des douanes et son montant est décidé par la Loi des finances. Cette taxe est perçue sur les volumes du fuel, et ne varie pas en fonction des régions ou du cours du baril de pétrole.
La TICPE sert à financer le budget de l'Etat, les réseaux routiers, la formation professionnelle, le RSA ainsi que les infrastructures de transport. Cette taxe augmente d'année en année, en raison de la taxe carbone, sachant que pour un volume de 1.000 litres, elle était de 59.60 € en 2014, de 118.90 € en 2017 et de 183.80 € en 2019.
Cette hausse est due à la volonté du gouvernement d'agir pour la qualité de l'air et lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. La facture du fuel s'alourdit d'année en année à cause de cette taxe dissuasive conjuguée à l'effet de la TVA, et dont l'ultime objectif est de peser sur le budget chauffage des ménages.

- La taxe carbone :

Appelée également Contribution Climat-Energie (CCE), elle a été créée en 2014 pour imposer les produits les plus polluants. Ceci afin de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre générés par la combustion de ces produits fossiles et d'encourager l'utilisation de solutions plus écologiques. La taxe carbone augmente chaque année indépendamment du prix du pétrole. Elle est passée de 7 € la tonne de CO2 en 2014 à 55 € en 2019. La taxe carbone continuera d'augmenter jusqu'en 2030 où elle atteindra les 100 €, impliquant la hausse corrélative de la TICPE.

- La TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) :

Cette taxe s'applique au prix hors taxes du fuel, et elle se calcule sur une autre taxe qu'est la TICPE. Ainsi, elle est appliquée sur la somme du prix hors taxes plus la TICPE.
Alors qu'elle était de 19,6%, elle est passée en 2014 à 20%, faisant augmenter davantage le prix du fioul domestique. En Corse, la TVA sur le fuel est de 13%.